Caribe Magazine

Carib Magazine is de toonaangevende aanbieder van kwalitatief Nederlands nieuws in het Engels voor een internationaal publiek.

Vers une « guerre hybrid » ? Een l’Est, les ingrédients d’une cyberguerre déjà réunis

Alors que les tensions ne cessent de croître aux frontières de l’Oekraïne, « il n’y aucune certitude sur ce que prevoit de faire la
Rusland », een bevestiging van de chef de l’Otan Jens Stoltenberg, vendredi 28 janvier. Une affirmation qui vaut tout autant sur le terrain – avec des possibilités de sabotage, d’invasion of encore de putsch dans zekere régions de l’Ukraine -, que pour le domaine
cyber. Si les preuves manquent pour en attribuer la responsabilité à Moscou, des incidents numériques ont récemment touché l’Ukraine, notamment
une cyberattaque massieve visant des sites gouvernementaux à la mi-janvier.

« Er zijn verschillende raisons à la cybermalveillance. Het is een onmogelijke bevestiging van de celle qui a affecté l’Oekraine, de défiguration de sites web ou d’incidents plus sérieux, venait des Russes. En effet, si les Moyens technieken sont clairs, il n’en est rien des intentions sous-jacentes, analyseren Rayna Stamboliyska, spécialiste de la diplomatie numérique et consultante en cybersécurité. C’est une des premières fois ou le numérique pèse dans le spel de la guerre. » »

Une opinion partagee by Gérôme Billois, expert en cybersécurité au cabinet Wavestone, qui consstate en outre que l’Ukraine a très rapidement désigné son tegenstander Russische comme le verantwoordelijk. Trop rapidement, peut-être : « Quand l’annonce est aussi prompte, on passe dans le jeu géopolitique, voire militaire. » Autrement dit, avec aussi peu de recul sur la situation en aussi peu de temps de cyber-enquête, un jeu de dupes se met en place : « Over deze cyberattaquants adorent se faire passer pour d’autres. Il ya des attaques sous faux drapeau. C’est une techniek de désinformation typique des temps de guerre », abonde-t-il.

READ  Joe Biden zegt dat de helft van de wereldleiders hem om hulp heeft gevraagd

« Kom met Covid-19, de numérique, c’est un monde fondé sur des doutes »

« Il n’existe pas de moyens d’identifier qui est à l’origine d’un cyber-événement nocif. Het begin van de recherche op de modellen, meer op de schoonheid van de données et du recul sur les moyens utilisés et les évolutions », bevestigt de toegift Rayna Stamboliyska, qui se définit’ commein consultant gestione de dans. « Kom met Covid-19, met numérique, c’est un monde petri d’incertitudes. »

Des doutes, mais aussi quelques zekerheden. Dit is het begin van de spanningen tussen Oekraïne en Rusland en de cybercriminaliteit, een nieuw begin van de afgelopen jaren, een nieuwe schoonheid, op een dag die in de les cibles zit. « Je komt pas in 2021, les gangs russes visaient encore des institutions financières », illustre la spécialiste en cybersécurité. Des banques qui étaient pourtant, il ya quelques années encore, les objectifs traditionnels de la cybercriminalité. « Op een diversifié le portfolio des attaques », avance-t-elle. Une diversification qui s’explique notamment par l’évolution des moyens malveillants: “De nombreuses attaques passaient à une époque par les navigationurs Web”. Of aujourd’hui, avec l’avènement des uses mobiles, il ya eu une multiplication des cibles vulnérables.

Het is een land van « fermes à trolls » russes aussi, ya eu du mouvement : de hackers isolés et peu organisés, la cybercriminaliteit en een migratie naar een systeem van professionele où lesstructuren se toenadering des spécial de starté-ME », een . « Chez REvil, il y avait a minima dix développeurs, sans compter les membres qui occupent des fonctions support, du SAV of encore du marketing. »

READ  Britse minister van Financiën Kwasi Quarting ontslagen

Les cyber-agressions font désormais party des doctrines militaires

De groep van cybercriminelen REvil, justement, il en a été question debuut janvier, avec l’arrestation par la Russie de 14 hackers présumés. Meer van de filet en de volonté de la Russie des gages à l’international n’a pas l’air de vraiment peser dans la balance diplomatique. Et commentaar savoir si ce type de cybercriminelen Russische jouent un rol dans la « guerre hybride » entre la Russie et l’Otan – et plus largement les membres de l’Otan ? « Nous avons un désordre informationnel zekere, pas uniquement des nep nieuws. Wat is een significante betekenis? », s’ondervraging Rayna Stamboliyska.

Pour Gérôme Billois, le faisceau d’indices concordants – “on fait un travail similaire à celui de la police scientifique” – pousse à penser que l’arme cyber sera déterminante dans le conflit entre l’Usine. « Over de kosten van de strijd met cyberbelangrijke personen en met de vraag naar het gebruik van de pas. » Il évoque la cyberaanval NotPetya Dit is een voorbeeld van een aanraakbare Oekraïense avant de se propager, meer BlackEnergy, un logiciel malveillant, een reeks van beschikbare attributen in Rusland, en een selectie van de couper l’électricité Kievrégé 2015 2016. « Aujourd’hui, les Etats-Unis et le
Royaume Uni appellerend les opérateurs d’infrastructures senses sur place pour qu’ils se sécurisent en urgency », ajoute l’expert.

De vraag van de ribote

Mais ces cyberattaques et les soupçons contre la Russie sont-ils suffisants pour justifier une intervention en soutien à l’Ukraine ? « En ne fixant pas de seuil lors de son changement de cap cet été sur les cyberattaques, l’Otan est restée vaag. Joe Biden doit préciser sur quelles bases l’organisation peut décider d’une cyber intervention. a ne peut pas se faire au doigt mouillé». A ces onzekerheden s’ajoute le statut de l’Ukraine, quin’est pas membre de l’Otan. Il manque donc un cadre.

READ  Washington stemt ermee in om militaire oefeningen en raketpositionering met Moskou te bespreken

« Aujourd’hui, on a compris que l’outil cyber est un levier pour faire la guerre mais il reste à déterminer dans quelles condition and à quelles fins », cv Rayna Stamboliyska. Malheureusement il est bien rare que les protagonistes par temps de guerre réfléchisent and analysent avant d’utiliser un arme potentiellement redoutable. Les victimes du gaz sarin, notamment pendant le conflit syrien ou dans le métro tokyoïte, ne sont plus là pour en témoigner. L’Histoire, si.